Votre Espace Réservé

Votre espace Réservé

Mot de passe oublié ?S'inscrire

 Comment vous protéger ?

L’entourage des personnes ayant un problème de jeu étant souvent touché lui aussi par les répercussions négatives liées à cette pratique, il est normal de vouloir se protéger.

Assurer son équilibre psychologique

Vivre avec une personne ayant un problème de jeu ou la côtoyer peut être une expérience difficile. Il est normal de ressentir des sentiments contradictoires. Parfois la volonté de la comprendre et de la soutenir est plus forte ; à d’autres moments, c’est la colère ou un sentiment d’impuissance qui prend le dessus.

Même si c’est difficile, une attitude positive est d’aller vers les autres pour parler de ses problèmes et demander de l’aide. L’important est de briser le silence pour ne pas renforcer le sentiment de solitude que l’on peut parfois ressentir dans ce type de situation.

Le proche d’un joueur peut ainsi partager ce qu’il vit avec une personne de confiance. Cette personne peut être un membre de la famille, un ami, un collègue de travail ou un professionnel de santé.
Lorsque le proche d’un joueur se sent dépassé par la situation ou s’il est épuisé, il peut avoir besoin d’un soutien médical ou psychologique pour lui-même.

Assurer sa sécurité financière

La pratique problématique du jeu entraîne souvent des conséquences financières importantes voire dramatiques pour le joueur, mais aussi pour sa famille et son entourage. Voici quelques conseils pour aider les conjoints ou les familles à protéger leurs finances.

Dans tous les cas :

  • S’informer de l’état de ses finances personnelles et communes dès que possible
  • Faire le suivi régulier des dépenses et des dettes
  • Rechercher la collaboration du joueur afin de faciliter la mise en place de certaines mesures visant à assurer la sécurité financière du couple ou de la famille
  • Faire un budget commun mis à jour régulièrement
  • Mettre à l’abri son argent personnel et se dégager des comptes communs
  • Protéger ses avoirs. Il est possible par exemple d’ouvrir un nouveau compte bancaire et/ou d’apporter des changements à ses actifs afin que le joueur n'y ait pas accès
  • Solliciter l’aide d’un conseiller financier pour être aidé(e) dans toutes ces démarches.
  • Eviter de faire des achats communs avec le joueur
  • Ne pas prêter ni donner d’argent à un joueur. Ne pas lui proposer de rembourser les dettes à sa place

Lorsque la situation financière du couple ou de la famille est encore stable :

  • Proposer au joueur des moyens de contrôler la gestion des finances du couple ou de la famille. Par exemple, proposer au joueur de lui retirer temporairement ses cartes bancaires et son chéquier, et/ou de ne lui donner qu’une somme quotidienne correspondant à ses besoins, etc.
  • S’informer sur les mesures de protection que les établissements bancaires offrent et inciter le joueur à rencontrer un conseiller financier, à se faire limiter ou interdire les retraits des guichets automatiques, etc.

Lorsqu’il existe des difficultés financières ou des dettes importantes :

Voici quelques conseils pour les conjoints :
  • Délimiter sa responsabilité en matière de paiements obligatoires (hypothèque de maison ou loyer, factures, crédits, etc.).
  • S’informer sur tous les contrats cosignés avec le joueur. Il est conseillé de se mettre directement en relation avec les institutions au sein desquelles sa responsabilité est engagée afin de connaître l’état des paiements
  • Prévoir un plan de remboursement avec le joueur pour certaines dettes légales dont le proche voit sa responsabilité engagée.
  • Solliciter l’aide de professionnels pour s’informer et se protéger :
    • une aide juridique peut être demandée auprès de professionnels spécialisés (conseiller juridique, avocat ou notaire). Il est également possible de recevoir une information juridique gratuite auprès de professionnels assurant les permanences au sein des Maisons de la Justice et du droit implantées partout en France
    • une aide sociale peut être sollicitée auprès du conseil général ou d’un centre communal d’action sociale pour connaître les mesures d’accompagnement et de protection

Penser à soi, communiquer et collaborer

Le proche devra essayer de trouver la bonne distance par rapport au joueur. Il ne s’agit donc pas de tout faire pour le joueur, de se centrer sur lui au risque de s’oublier. Il ne s’agit pas non plus d’ignorer le joueur et les difficultés qu’il a occasionnées. Car ces deux attitudes extrêmes ne règlent pas le problème et ont tendance à alimenter le sentiment d’insécurité de l’entourage.
La bonne attitude pourrait être de rester disponible et à l’écoute pour le joueur mais en n’assumant que sa part de responsabilité.

Il est important pour un proche de joueur de penser à lui. Penser à soi-même ne veut pas dire se désintéresser du joueur, ni tout porter sur ses épaules. C’est faire des choses pour soi, pour son plaisir, c’est prendre en compte ses propres besoins.
Cela implique aussi de savoir dire « non » au joueur lorsque c’est nécessaire : par exemple dire « non » au remboursement des dettes, au prêt d’argent, aux mensonges, etc.
Le proche d’un joueur ne doit pas se sentir coupable de penser à son bien-être, ça ne veut pas dire oublier l’autre. Au contraire c’est se protéger pour mieux l’aider !

Le proche peut ressentir beaucoup d’émotions négatives face au joueur, c’est normal mais cela peut être dangereux si elles deviennent envahissantes. Il est donc important de communiquer avec le joueur, de lui exprimer clairement ses inquiétudes et ses propres attentes. Cela ne veut pas dire lui imposer ses idées ou le critiquer mais chercher un terrain d’entente. Il s’agit par la suite de saisir le meilleur moment pour parler avec lui. Il est tout aussi intéressant de rechercher la collaboration du joueur afin qu’il puisse reprendre le contrôle de sa vie.